Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 14:09
    Avec son plumage blanc et noir, son bec noir, étroit et retroussé et ses longues pattes bleu clair, l'avocette élégante "Recurvirostra avosetta " ne peut guère être confondue.

    Les avocettes privilégient les estuaires,  les baies abritées et les lagunes cotières où les eaux salées ou saumâtres sont peu profondes. Sur le littoral, les sites de nidification sont soit des îlots ou  des levées dans les  bassins des marais salants plus ou moins abandonnés.

    Je l'ai souvent observée dans les marais de Guérande, de Séné, de l'île de Ré, mais on la trouve aussi dans les salins de Camargue. Les plans d'eau doivent avoir une faible profondeur d'eau pour permettre l'alimentation des poussins. L'avocette se nourrit de petits invertébrés, recherchés de facon typique: le bec légèrement ouvert est agité d'un  incessant mouvement latéral dans l'eau ou la vase liquide.

    La superficie des milieux favorables aux avocettes a régressé: abandon des marais salants, diminution des étendues de vasières due à l'augmentation des infrastructures portuaires et l'urbanisation liée au tourisme. La chasse est également responsable de dérangement sur les zones d'hivernage.

    Des mesures de conservation ont été prises dans les presqu'îles guérandaises, l'estuaire de la Loire, le golfe du morbihan et en Camargue.

    La gestion adéquate des niveaux d'eau, la création d'îlots et la régulation des populations de Laridés (prédateurs pendant la nidification des avocettes) peuvent favoriser ou pérenniser l'installation de ces beaux oiseaux.
   
    Les voici peintes à l'acrylique sur un fond réalisé au pastel.

Repost 0
Published by martine melocco - dans ACRYLIQUE OISEAUX
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 18:19
    Puisque la saison du jardinage bat son plein, je ne résiste pas à l'envie de vous présenter cette aquarelle réalisée voici quelques années.
      Je me souviens avoir pris du plaisir à  peindre tous les pots en terre cuite. Même si les mailles du grillage du placard sont, à mon goût, un peu grosses, j'aime assez l'ambiance remise de jardin.

    Voici une photo de l'encadrement, désolée pour le reflet....

 
J'ai longtemps cherché les mini pots pour réaliser l'encadrement, je voulais reprendre les éléments de l'aquarelle pour le réaliser.




J'en ai pas mal bavé, il a fallu beaucoup de rehausses pour compenser l'épaisseur des mini pots afin qu'il ne frottent pas sur la vitre...


Le biseau en grillage m'a lui aussi donné du fil à retordre.
   



  
     Ne cherchez pas l'oiseau pour une fois il n'y en a pas, à moins qu'un troglodyte  mignon ne soit entrain de nicher dans un vieux pot en terre...
Repost 0
Published by martine melocco - dans DIVERS
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 11:26
    Le tarin des aulnes"Carduelis spinus" appartient à la famille des Fringilles. Sa taille, petite est à peu près celle de la mésange bleue.
    La femelle a un plumage vert grisâtre flammé de brun noir et porte un croupion jaune.
    Le mâle porte des teintes plus vives, le dessous jaune est à peine rayé, la calotte est noire ainsi que la minuscule bavette.
    Le bec conique est effilé.
    Les aulnes attirent les tarins, c'est donc dans les lieux où ils poussent, à proximité de l'eau, qu'on aura plus de chances de les observer.
    Par bandes de 10 à 50 individus, voire plus, ils se suspendent aux extrémités des rameaux des aulnes et épluchent activement les fruits sombres en forme de cônes; la tête en bas, très acrobatiques, ils se balancent. Les fruits des conifères, des bouleaux, des ormes ainsi que les chardons et les pissenlits figurent aussi au régime des tarins.
    Ils s'envolent tous d'un coup, comme un essaim; leurs cris en vol, aigus et clairs, avec une vibration métallique nous les signalent.
    Ils ne quittent guère les aulnaies que pour nidifier dans les forêts de conifères.
  
  Je remercie Paul Beaugendre qui m'a gentiment fait parvenir des photos.J'ai choisi de les réunir et de les peindre au pastel sur un papier canson vert.
    Vous pourrez voir les photos des tarins dans l'album photo.
Repost 0
Published by martine melocco - dans PASTEL OISEAUX
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 18:39
    Le rouge gorge "Erithacus rubecula"appartient à la famille des Turdidés comprenant les merles, rossignols, grives, rougequeues et traquets...
Cette famille se distingue par son bec fin, pointu et droit, sa tête haute, son corps rondelet et dressé.
    Il peut vivre jusqu'à 11 ans.
    On ne peut distinguer le mâle de la femelle car leur plumage est identique, hiver comme été.
    Le rouge gorge est insectivore, il se nourrit d'insectes et de leurs larves, d'araignées, de cloportes.Familier, il profite du travail du jardinier qui bèche lui procurant ainsi des proies tels que les vers de terre. L'hiver il se rapproche des maisons et des mangeoires, se nourrissant plutôt des graines tombées au sol, et également de baies: lierre, fusain, cornoullier etc...
    Le rouge gorge défend avec détermination son territoire qui peut varier de 1600 à 15000 m2.Le chant sert à le délimiter et à prévenir les conflits. Ce territoire est défendu toute l'année sauf pendant les hivers très rigoureux où la nuit, des dortoirs communautaires peuvent se créer.
    Pour accueillir ce passereau, laissez un coin de votre terrain se développer en broussailles nécessaires pour la nidification. Buissons denses, fourrés, haies libres, essences à  petites baies sont à privilégier. Il appréciera un tas de compost ou de feuilles mortes. Grand consommateur de vers et d'insectes, il faut bannir l'utilisation des pesticides et des engrais chimiques. Enfin un nichoir semi-ouvert placé entre 1 et 2 mètres de haut pour limiter la prédation sera dissimulé dans la végétation:buisson ou conifère. Mais le nid est parfois établi dans des endroits très originaux: vieux chapeau, poche de veste oubliée dans un cabanon, pot en terre jeté dans les broussailles...
Repost 0
Published by martine melocco - dans AQUARELLE OISEAUX
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 18:22

    Le cincle plongeur "Cinclus cinclus " ou merle d'eau passe sa vie entière au bord de l'eau.Hôte typique des cours d'eau rapides et limpides, coulant sur un lit de graviers ou de rocs, on le rencontre donc dans les régions montagneuses. Il apprécie les remous, les tourbillons et même les cascades qu'il traverse sans hésiter.

    C'est le seul passereau plongeur et nageur.

    Grâce à son duvet dense, sa queue et ses ailes courtes, ses narines obturables, sa capacité d'accomodation de ses yeux, ses trous auditifs obturés par un repli de peau, il est tout à fait adapté à la vie amphibie. Sa glande uropygienne 6 à 10 fois plus grosse que chez les autres passereaux lui permet à l'occasion de ses fréquentes toilettes de bien imperméabiliser son plumage.

    Je l'ai observé dans les Alpes et les Pyrénées été comme hiver, car le froid ne le gêne pas, tant qu'il reste de l'eau libre, il court sur la glace sans difficulté.

    Plongeant dans le courant il atteint le fond du cours d'eau en s'aidant de ses ailes, de ses pattes et de sa queue qui lui sert de gouvernail; puis il marche sur le lit de la rivière contre le courant penché en avant, le bec déplacant les pierres et piquant des proies: larves et insectes aquatiques, petits mollusques, vers et sangsues.

    Le nid dont la partie extérieure est construite par le couple, se trouve toujours au -dessus de l'eau. L'intérieur est fini par la femelle. Fin mars début avril, 5 oeufs blancs y sont pondus.


    A cause de la pollution, le degré d'acidité des ruisseaux et des torrents s'est élevé entrainant la disparition des macro vertébrés et donc la raréfaction du cincle plongeur.

    Je l'ai peint à la gouache, il y a quelques années d'après une photo prise dans les Alpes. J'avais utilisé un papier canson bleu comme support.

    Vous trouverez dans l'album photo, la photo dont je me suis inspirée.

 

 

Repost 0
Published by martine melocco - dans GOUACHE OISEAUX
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 15:54

    Schatz est né en 1925 en Pologne.Peintre animalier de réputation internationale, il a recu de nombreux prix et ses oeuvres figurent dans de nombreux musées et collections privées à travers le monde.
    Lors de la seconde guerre mondiale, il fut capturé par les soviétiques et passa quatre ans dans un camp de prisonniers de guerre. Il doit sans doute sa survie au fait d'avoir peint pendant sa captivité des tableaux pour les officiers russes.A sa sortie des camps, le colvert fut un des premiers oiseaux qu'il observa.
    Il est reconnu comme un maître dans l'art de représenter le mouvement.


    J'ai reproduit un des ses tableaux qu'il a peint en 1974 et qu'il a baptisé:"Ailes magiques".Comme lui , je l'ai peint à l'huile.

    J'admire sa capacité à laisser de coté les détails inutiles, à ne garder qu'une vision fugitive de l'animal plutôt qu'une image parfaitement nette.

Repost 0
Published by martine melocco - dans HUILE OISEAUX
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 14:39

    L'ara rouge"Ara Macao"est un grand perroquet vivant dans les forêts tropicales américaines.

 

   J'ai réalisé ce pastel en 2003 et je me souviens avoir pris beaucoup de plaisir à tenter de rendre le coté écarlate de son plumage: dégradés de rouge, de jaune, de bleu; la peau nue et blanche autour des yeux, la partie noire du bec....
Autrefois ses plumes flamboyantes ornaient les flèches des indiens du Brésil.


    Les aras rouges vivent en groupe d'une vingtaine d'individus, ne s'éloignant en couple, que pour la reproduction. Lorsque le couple est formé, les partenaires demeurent ensemble jusqu'à la mort de l'un des deux.

    Les aras ne possèdent pas de territoire propre, quand plusieurs groupes se rassemblent sur un même arbre, ils font très attention à ne pas se mélanger. Ils se regroupent la nuit  pour dormir.

    Les cris ont une fonction importante, étant sociaux ils émettent des sons différenciés qui ont des significations différentes pour leurs congénères.

    Ils mangent fruit, graines, noix; leur bec leur permet de casser les coques les plus dures. Ils ingèrent de l'argile pour faciliter la digestion des substances chimiques agressives contenues dans les fruits verts qu'ils consomment.
    Ils utilisent leur pied gauche pour manipuler la nourriture, le droit servant à équilibrer leur corps.

    Les populations diminuent en raison de la destruction de leur habitat; bien que protégés par la  loi ,les captures des aras pour le commerce illégal perdurent; l'utilisation des pesticides leur nuit aussi.
    Le taux de reproduction, assez faible, ne permet pas de reconstituer les populations; tant que la demande des pays occidentaux et d'Amérique sera aussi forte, des jeunes perroquets seront retirés à leurs mères et vendus un bon prix. Malheureusement, traumatisés,  ils ne survivent pas toujours au voyage.

Repost 0
Published by martine melocco - dans PASTEL OISEAUX
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 13:18
    Ce n'est pas d'un oiseau sauvage dont  je vous parlerai aujourd'hui, mais d'une ancienne race de volaille datant du 15 ème siècle originaire de la Sarthe, plus précisément de La Flèche , ville située à 20 kms de mon domicile.
    J'ai retouvé sa trace dans une revue et vous présente son portrait  réalisé à l'acrylique.


    Cette race a peuplé pendant des siècles les fermes sarthoises. En 1831, sur le marché de La Flèche, le mercredi, il se vendait une quantité impressionnante de poulardes qui approvisionnaient les prestigieux restaurants de Paris. Cette volaille était recommandée pour la finesse de sa chair.

    Cette race se caractérise par sa crête en forme de corne qui lui a voulu le surnom de "poule de satan".

    Le coq qui peut peser jusqu'à 4,5 kgs possède des oreillons bien blancs en forme d'amande, des barbillons longs et arrondis et un bec assez fort. Sa crête ressemble elle aussi à une paire de cornes cylindriques réunies à leur base et s'écartant vers le haut.
      Il existe différentes variétés: blanches, bleu andalou et gris perle mais la plus fréquente est la noire.



    Aujourd'hui, après avoir quasiment disparu, l'élevage de cette volaille a repris, on la retrouve dans les fermes traditionnelles. Bon nombre de chefs continuent, malgré sa rareté, à la cuisiner.
Repost 0
Published by martine melocco - dans ACRYLIQUE OISEAUX
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:39

 Je vous propose une copie du tableau de Terry Isaac:"Millie's garden". C'est un peintre animalier américain que j'apprécie beaucoup. 

    Il peint notamment les oiseaux qu'il met en scène avec des fleurs de jardin ou sauvages; ce qui donne des tableaux très champêtres.

    Ses oeuvres qui représentent  les mammifères sauvages sont aussi magnifiques.En allant sur son site:  
www.terryisaac.net , vous pourrez admirer ours, loups, tigres, chevaux.....



   
Ici il s'agit d'une mésange nonnette "Parus palustris" posée sur la clotûre d'un jardin.
    La mésange nonnette est beaucoup plus difficile à observer que ses cousines bleues ou charbonnières, car moins présente autour de nos maisons. Elle est de petite taille, on la reconnait  à sa calotte et à sa bavette noires , ses joues blanches et son dos gris brunâtre.

    Elle apprécie les arbres morts ou malades dans lesquels elle peut à coups de bec agrandir les cavités pour nicher.

Repost 0
Published by martine melocco - dans HUILE OISEAUX
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 17:53

 
    Je vous présente Micha, tableau que j'ai peint à l'acrylique il y a environ 4 ou 5 ans. Depuis elle a vieilli, comme moi..., a été opéré 2 fois d'un cancer, mais va bien.

    Comme moi, elle est fortement intéressée par les oiseaux,  mais notre passion ne se manifeste pas de la même manière... et nous sommes souvent en contradiction.

    Je l'ai peint d'après une photographie, le fond n'était pas terrible,  j'ai donc choisi de faire des rayures en harmonie avec la couleur de ses yeux. Quelques petites touches de couleur bleu violacé donnent du relief sur le pelage noir.

   
    Comme pour une princesse, qu'elle est d'ailleurs, le tableau est accroché au dessus de son panier. La belle n'est guère reconnaissante, calins et ronronnements ne font pas trop partie de ses habitudes, mais elle est mon  premier chat et j'en suis gaga...
 
    D'ailleurs Francoise Giroud n'a-t-elle pas écrit : "On ne possède pas un chat, c'est lui qui vous possède."?

Repost 0
Published by martine melocco - dans AUTRES ANIMAUX
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de martine melocco
  • Le blog de martine melocco
  • : Un blog sur la peinture naturaliste .Utilisation des techniques:aquarelle ,huile pastel, acrylique, gouache .Il reflète ma passion pour l'ornithologie la nature et les animaux.
  • Contact

Profil

  • martine melocco
  • Je suis passionnée de nature et surtout d'ornithologie. Je pratique différentes techniques de peinture et je peinds surtout les oiseaux que j'ai photographiés dans la nature à l'aide de ma longue vue d'observation :méthode de digiscopie.
  • Je suis passionnée de nature et surtout d'ornithologie. Je pratique différentes techniques de peinture et je peinds surtout les oiseaux que j'ai photographiés dans la nature à l'aide de ma longue vue d'observation :méthode de digiscopie.

MERCI.

unoiseausurlepinceau
    Merci à toutes les personnes qui m'ont initiée à la peinture , bravo pour leur patience et  leurs conseils.Merci pour les moments  d'observation partagés avec mes amis ornithologues, particulièrement pour ceux qui acceptent de me prêter leurs photos comme modèle.

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre

<a href="http://www.guide-artistique.com" title="Annuaire sites Web art">Art</a>